Initié par l’Association des Journalistes du Burkina (AJB), la Société des Editeurs de la Presse Privée (SEP) et le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC), le Centre National de Presse (CNP) a vu le jour grâce au Programme "Médias pour la démocratie en Afrique" exécuté par la Fédération International des Journalistes (FIJ) sur financement de l’Union Européenne.

Regroupées au sein d’un Comité de pilotage, ces trois organisations impriment l’orientation indépendante du CNP-NZ. Elles élaborent son programme d’activités et assurent son exécution. La mise en œuvre et la gestion quotidienne sont confiées au Gestionnaire.

Le CNP a été inaugurée le 03 mai 1998, à l’occasion de la journée mondiale de la Liberté de la Presse. Suite à l’assassinat le 13 décembre 1998, du confrère Norbert Zongo, directeur de publication du journal L’Indépendant et membre fondateur du CNP, l’ensemble de la presse burkinabè a décidé le 28 janvier 1999 de dédier cette maison à sa mémoire en lui donnant son nom, d’où l’appellation actuelle : Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP-NZ).

Le CNP-NZ a ainsi continué à mener ses activités avec plus ou mois de succès jusqu’en 2004. A partir de cette date et conscient de la nécessité de renforcer les bases de son développement organisationnel, le CNP-NZ s’est engagé dans un processus de planification stratégique avec l’appui de ses partenaires que sont les Ambassade des Pays-Bas, du Danemark et de la France à travers un plan stratégique qui a démarré en 2005.
Après trois années de fonctionnement dans le cadre du plan stratégique 2005 – 2008, le CNP-NZ a fait l’objet d’une évaluation.

Selon la mission d’évaluation des activités du CNP-NZ, « la mise en œuvre du premier plan stratégique du CNP-NZ a engrangé des résultats satisfaisants. Les activités menées au cours de cette période 2005-2008 grâce à ce plan d’action ont permis l’amélioration très nette de l’image et de la place du CNP-NZ auprès des autorités politiques et administratives ; le renforcement du centre comme lieu d’animation démocratique avec l’accueil de séries d’échanges périodiques entre les journalistes, les responsables de médias, des autorités administratives, politiques et municipales et les autres composantes de la société civile à travers des conférences débats sur des sujets très variés d’actualité, les clubs de presse, les activités socioculturelles et le renforcement des compétences des journalistes à travers des sessions de formations ayant amélioré leur pratique professionnelle ».

Cependant tout en relevant les acquis enregistrés, l’évaluation souligne la nécessité de renforcer les acquis et de corriger les insuffisances au plan structurel. C’est ainsi que tirer leçons du précédent plan, le CNP-NZ a reconduit son deuxième plan stratégique qui est en application depuis juillet 2009 et ce jusqu’en 2012.

Les objectifs poursuivis par le centre sont :

  • Créer et développer un cadre de rencontres et d’échanges entre les journalistes et les hommes de médias. 
  • Œuvrer au développement d’une presse indépendante et pluraliste. 
  • Entreprendre des actions visant la promotion, la défense et le renforcement de la liberté d’expression et de la presse. 
  • Assurer la formation et le perfectionnement des journalistes et des hommes de médias. 
  • Contribuer à l’élévation du niveau de culture générale des journalistes et des hommes de médias. 
  • Contribuer au renforcement de la démocratie et à la défense des droits humains. 
  • Appuyer les organisations des médias dans leurs activités.

Fonctionnement :

Les trois organisations initiatrices du CNP-NZ regroupées au sein d’un Comité de pilotage impriment l’orientation indépendante du CNP-NZ. Elles élaborent son programme d’activités et assurent son exécution. La mise en œuvre et la gestion quotidienne sont confiées au Gestionnaire qui est assisté d’un personnel composé de : 

  • Une secrétaire 
  • Une comptable 
  • Un documentaliste 
  • Un animateur du centre multimédia 
  • Un Chauffeur 
  • Un agent de liaison 
  • Et deux agents de sécurité