Rencontre d’information avec les Comités Villageois de développement (CVD), élus locaux, radio et leaders d’opinion.

Une vue   du   présidium

L’an deux mille dix-sept et le samedi 1er Juillet a eu lieu à la salle polyvalente de Manga, la rencontre de restitution entre le Cadre Unitaire d’Action (CUA) , les élus locaux, les Comités Villageois développement (CVD) et la presse.
A l’entame, Mme la Présidente a souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants pour leur présence  effective malgré les multiples tâches, et situé le cadre dans lequel se tient cette rencontre. Madame la Présidente du CUA a fait une présentation du GERDDES, ses objectifs et ses missions ainsi que le rôle du CUA. Tenant compte du public cible une traduction en langue national       mooré fut faite  afin de mettre tous les participants au même niveau de compréhension. Ce fut ensuite la présentation des participants suivi des informations administratives.
Tenant compte des participants la formation a été entièrement faite en langue nationale  mooré.
 Entamant le premier point le facilitateur Monsieur Ilboudo Issaka a d’abord demandé aux élus le rôle d’un conseiller et celui d’un CVD.
A cette question Mr Thomas conseiller de Mokin a fait savoir que le rôle c’est d’être les « oreilles et les yeux » des populations  auprès du conseil municipal. En d’autres termes le conseiller doit être toujours à l’écoute des populations et de porter à la connaissance du conseil les préoccupations de celles-ci.
  Ensuite d’autres participants ont soutenu que le conseiller tout comme le CVD travaille tous avec les communautés à la base. Pour tout dire il y a une synergie d’action entre les deux dans le sens d’apporter des réponses aux préoccupations des populations. Le facilitateur a en outre rappelé aux participants le caractère apolitique du CUA. Le CUA est un outil d’accompagnement des communautés pour une participation citoyenne dans le développement local. Mr Ilboudo Issaka a fait savoir aux participants que cette rencontre n’est pas la première activité menée par le CUA. Il avait déjà rencontré le 1er Adjoint au Maire pour un Plaidoyer en faveur des jeunes. Mais dans le cadre du projet dénommé le Présimètre c’est la première activité et  d’autres activités sont également en cours a-t-il  ajouté.
  Abordant le second point à savoir l’appropriation du concept Présimètre le facilitateur a expliqué   le Présimètre. Le Présimètre dira-t-il est un projet conçu sur la base de la démocratie participative c’est-à-dire l’implication de tous les citoyens dans la vie politique. A la fin de la présentation de ce point une liste fut ouverte pour recueillir les questions, des commentaires ou suggestions. Cinq (05) personnes se sont inscrites et toutes ont fait des commentaires et se réjouissent de la tenue de cette rencontre en ce sens que cela va contribuer à la prise de conscience plus élevé des conseillers et à un meilleur management des communautés pour l’atteinte de résultats probants. Le conseiller de Mokin a soutenu que la Mairie manque de moyens pour former les conseillers ; et comme la plupart des élus ne sont pas lettrés, c’est une porte ouverte à l’incivisme tout simplement parce que les élus eux- mêmes ne maitrisent pas beaucoup de choses.
  Madame la 2ème Adjointe au Maire quant à elle a fait savoir qu’il est vrai que la Mairie éprouve parfois des difficultés à tenir à ses engagements, mais que cela est vraiment indépendant de leur volonté. Cela est dû à une défaillance des bailleurs qui nous accompagnent. Les petites taxes que nous prélevons par ci par là ne peuvent pas faire de grands investissements a-t-elle ajouté.
Deux autres conseillers ont rejoint le 1er intervenant pour soutenir que la présente rencontre est d’une grande richesse pour eux.
A ces commentaires le facilitateur et toute l’équipe du CUA ont réagi pour enrichir les débats .Le facilitateur a une fois rappelé aux conseillers et CVD que le CUA joue un rôle d’interpellateur par rapports aux actions de développement inscrits dans les programmes des municipalités et aux promesses faites. Le CUA n’a aucun moyen de pression pour exiger  quoi que ce soit des mairies a-t-il ajouté.
Le troisième point été la présentation du plan d’action du CUA. Les activités programmés pour cette année sont une rencontre de restitution avec les élus locaux, les CVD ET LA presse, des conférences débats, des théâtres forum, des émissions radio, des causeries débats avec les femmes, des cadres de dialogue, la participation aux conseils municipaux, des journées d’interpellation…Les participants ont suivi avec intérêt le programme et  ont félicité  le CUA pour tout ce qu’il mène pour le développement de la commune de Manga. Ils ont promis leur accompagnement dans la mesure du  possible pour la réalisation de ce plan d’action.
     Le quatrième  point de la rencontre a concerné le transfert de compétence qui selon le facilitateur doit impliquer tout le monde. Les choix des actions de développement  doivent être faits de façon consensuelle. Il faut également que les populations s’approprient ces actions de développement et qu’elles s’impliquent entièrement dans leur exécution. Cela peut être une source de réduction de l’incivisme parce que chacun se sent concerné dans la réalisation des œuvres de développement local. Mr Ilboudo a encore ajouté que les municipalités doivent faire preuve de leur capacité à gérer les services transférés. C’est sur cette note qu’une 2ème liste fut ouverte pour les questions.
  Le conseiller de Toula a demandé si dans le transfert de compétence l’Etat appui les mairies ou c’est aux mairies de tout faire.
  Le CVD de Mokin quant à lui a demandé où se trouve le siège du CUA.
  Quant au conseiller de Mokin il a fait un commentaire sur les services transférés. Et là-dessus il a été clair en signifiant que pour les services transférés seul l’enseignement est effectif ; le reste est bloqué. Il a en outre ajouté que le statut de commune urbaine est parfois un frein au développement de certaines communes urbaines. Il a expliqué en disant que la plupart du temps  c’est de nom le statut ; et du coup chercher des partenaires devient un peu difficile parce qu’ils sont beaucoup plus orientés vers les communes rurales.
 Emile le conseiller de Nassamba a demandé des formations au profit des élus pour qu’en retour ils puissent les restituer aux populations pour une meilleure compréhension du développement local et une meilleure participation  de la population à la vie de la commune.
   A ces questions et commentaires le facilitateur et toute l’équipe ont encore réagit pour apporter des réponses mais aussi des éclaircissements où il faut.
A la première question le facilitateur a souligné que l’Etat transfert les ressources financières et humaines et la gestion revient aux communes.
Pour ce qui est du siège du CUA la présidente a fait savoir que le CUA n’a pas encore de siège mais qu’un plaidoyer sera fait dans ce sens. Néanmoins tous ceux qui veulent joindre les membres du CUA peuvent les appeler aux contacts donnés.
Le facilitateur a remercié le troisième intervenant pour son commentaire.
Enfin pour le dernier intervenant, les organisateurs ont promis de faire un plaidoyer auprès du GERDDES pour qu’il insère la formation des élus locaux dans le prochain plan d’action.
Actualité oblige le facilitateur a profité aborder la question de l’incivisme qui a régné à Manga ces derniers jours.
Il a demandé aux élus locaux de sensibiliser les populations au maximum pour barrer la route à l’incivisme. Et à propos de l’incivisme le conseiller de Zamcé a rebondi en disant que l’incivisme tire sa source de la mauvaise éducation de nos enfants. Les parents ont démissionné et les enfants laissés à eux-mêmes. Il faut repenser l’éducation de nos enfants et même de toute la population a-t-il conclu.

   C’est sur cette note que Madame la Présidente a repris la parole pour remercier encore une fois de plus la disponibilité des participants qui du reste étaient au grand complet et a souhaité un bon retour à chacun dans sa famille respective.     

Débutée à 9heures 55minutes la rencontre a pris fin à 12heurs 07 minutes à la satisfaction générale de tout le monde.