« Dialogue Citoyen » avec le Ministre Nicolas MEDA : des avancées en matière de santé des populations, mais des défis à relever.

Le Ministre de la Santé, Pr Nicolas MEDA était l’invité de l’émission « Dialogue Citoyen » sur la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), ce mardi 28 novembre 2017. Organisée par l’ONG Diakonia et ses partenaires dans le cadre du Présimètre, l’émission a permis de débattre sur les engagements du Président du Faso et la mise en œuvre du PNDES dans le domaine de la Santé. 

Les échanges citoyens dans ce numéro de « Dialogue Citoyen » avec le Pr Nicolas MEDA ont portés sur l’efficacité du système sanitaire du Burkina Faso face aux défis des épidémies, des maladies saisonnières et de la prise en charge des patients. Ce cadre d’échange a permis de mesurer le niveau de réalisation des engagements du président du Faso Roch Marc Christian KABORE en matière de santé des burkinabé d’ici à 2020.

S’agissant de la gratuité des soins pour les enfants de zéro à cinq ans, les personnes âgées indigentes et de la mère, la mesure a débuté le 2 avril 2016. « C’est une mesure sociale phare qui concerne 25% de la population. Elle couvre toute l’étendue du territoire national. Cette mesure a permis en une année de soigner plus d’un million d’enfants soit 15 millions d’actes de santé et à couté à l’Etat 27 milliards de francs CFA », a expliqué le Pr Nicolas MEDA. Cependant il reconnait que  17% des cas de gratuité n’ont pas été prise en charge pour faute de médicaments dû à la crise que connait la Centrale d’Achat de Médicaments Essentiels Génériques (CAMEG). Mais des citoyens apprécient autrement cette mesure. Pour eux,  sur 10 produits il n’y a que 2 disponibles dans les formations sanitaires. Selon le Ministre de la Santé, le réapprovisionnement de la CAMEG va permettre de résoudre cette question. Sur la problématique de la réadaptation des statuts de la CAMEG, le gouvernement est ouvert à la relecture des textes de la structure CAMEG pour rendre les médicaments disponibles et accessibles aux populations, selon Nicolas MEDA. La crise CAMEG sera résolu promet-il.

En matière d’hygiène hospitalière, le ministre de la Santé reconnait qu’il y a un travail énorme à faire. Ceci est dû au niveau du personnel recruté pour l’hygiène. Selon lui,  un enfant meurt chaque minute par manque d’hygiène. Il faut prévenir et l’hygiène et l’assainissement occupent une place dans la stratégie du gouvernement en matière de santé dit-il.

Pour venir à bout de la Dingue, il faut une responsabilité commune par l’adoption de bons comportements, selon Nicolas MEDA. Il s’agit de  l’utilisation des moyens techniques adéquats et la responsabilité des collectivités a expliqué le Ministre.

De la mise en place de l’institut national de santé publique, une des promesses de campagne du Président du Faso, le comité s’est réuni pour étudier la question et d’ici un moi, la mise en œuvre va débuter, promesse de Nicolas MEDA 

Pour la poursuite de l’Assurance Maladie Universelle, le Ministre  rassure. Il explique, que la couverture sanitaire universelle a trois grandes composantes. Il s’agit de développer les services de santé et les rendre proches des populations, le deuxième point, c’est l’offre de soins préventifs et curatifs et la troisième composante est l’assurance maladie universelle. Sur la question de l’apport de l’assurance maladie universelle pour l’amélioration de la santé des citoyens, il s’agit de permettre à chaque burkinabé d’accéder aux soins en permettant à chacun de cotiser selon ses revenus, foi de Nicolas MEDA. Sa mise en œuvre, sera actée par un décret dans deux semaines poursuit-il.

Du personnel soignant dans les centres de santé au Burkina Faso, Nicolas MEDA pense qu’il faut travailler à équilibrer la surcharge de travail des agents de santé. D’où la nécessité de la fonction publique hospitalière. Cette Fonction publique hospitalière doit permettre une obligation de service continu, une obligation de qualité des services mais aussi une motivation des agents.

S’agissant des infrastructures, 16 milliards de francs CFA sont dégagés par l’Etat pour la construction d’infrastructures sanitaires selon le Ministre de la Santé. Pour la construction de l’Hôpital de Bobo Dioulasso, question soulevée par les citoyens, Nicolas MEDA explique qu’il devait être réalisé, mais le constat est qu’une question de site a retardé la construction. En tout état de cause, poursuit-il, cet établissement hospitalier sera réalisé.

Après plus d’une heure d’échanges avec les journalistes et les citoyens l’invité de « Dialogue Citoyen » de ce jour, le Pr Nicolas MEDA a obtenu la moyenne générale de 7.5/10.  

L’émission « Dialogue Citoyen » est un espace citoyen d’échange et de suivi la mise en œuvre des engagements du Président du Faso.

PRESIMETRE TEAM