2 Vues

Les actions tendant à réduire le nombre de jeunes en chômage ont été poursuivies au cours de l’année 2020. Selon le rapport de performance 2020, on note :

  • La formation des jeunes en technique de recrutement a permis de toucher 3 689 jeunes sur une prévision de 2 000 jeunes ; soit un taux de réalisation de 184,45%. Ce programme a été réalisé uniquement à Ouagadougou ;
  • La formation des jeunes en THIMO ruraux a permis de toucher 25 279 jeunes dont 15 566 femmes sur une prévision de 7 500 jeunes. Le niveau de réalisation de cette activité a été triplé par rapport à la prévision ;
  • L’organisation d’un concours direct spécial en vue de l’intégration de 1 520 professeurs des collèges d’enseignement général et technique (1483 pour l’enseignement général et 37 pour l’EFTP) de la promotion 2016 ayant passé trois années effectives dans ledit programme a été entièrement réalisé. Cependant ce projet est logé maintenant au niveau du ministère de l’enseignement au lieu du ministère de la jeunesse ;
  • Sur une prévision de placer 220 jeunes formés dans des métiers en stage ; seuls 31 postes de stage ont pu être trouvés au profit de trente-un (31) jeunes formés aux métiers des mines qui ont été placés en stage de pré-emploi dans six (06) régions à savoir la Boucle du Mouhoun, le Sahel, le Centre, le Centre-Sud, le Sud-Ouest et le Centre-Est. Les jeunes de la région de l'Est n'en ont pas bénéficié.
  • Le nombre de microprojets financés s’élève à 21 175 microprojets pour un objectif visé de 30 000 ;
  • La formation de 7 621 jeunes en techniques de recherche d'emploi a été réalisée à 100%. Ce renforcement de capacité n’a concerné uniquement que Ouagadougou;
  • L’enrôlement de 39 267 jeunes et femmes pour les Travaux à Haute Intensité de Main d'oeuvre et la mobilisation de 2 859 volontaires pour servir dans les chantiers de développement n’a pas été réalisée au cours de l’année 2020.

Lorsque l'on considère le rapport de performance, on a l'impression que l'engagement a été totalement. Cependant, quand on regarde les activités programmées pour remplir correctement l'engagement, on s'aperçoit que plusieurs activités n'ont pas été réalisées à 100%. Par ailleurs, toutes les régions n'ont pas bénéficié des retombées des activités prévues.

L’Etat devrait restructurer le financement des microprojets des promoteurs en mettant l’accent sur les projets porteurs de développement économique. Aussi, il serait important pour les autorités de renforcer les actions de suivi des jeunes formés en entreprenariat et/ou qui élaborent des projets bancables dans la mise en oeuvre de leurs projets. Il est aussi nécessaire que les autorités mettent en place un mécanisme de financement effectif des projets bancables élaborés par les jeunes puisque la détention d’un plan d’affaires ne conduit pas nécessairement à un financement.
Nous notons que des efforts sont faits mais les défis demeurent pour atteindre une réduction efficace et significative du nombre de jeunes en chômage.

Engagement en cours de réalisation
Date de l'évaluation : 12-2020