10 Vues

Cet engagement ne concerne que le primaire (6 à 11 ans) et le post primaire (12 à 16 ans)

Il s’inscrit dans la politique nationale et internationale des Objectifs pour le Développement Durable (ODD) adoptés par les nations unis en 2015 à l’horizon 2030. Le Burkina Faso est un pays membres des Nations Unies ayant ratifié les textes et conventions relatives aux ODD notamment au point (04) qui vise à favoriser l’accès à une éducation gratuite et de qualité pour tous. Le programme du Président dans le domaine de l’éducation s’inscrit en droite ligne de cette politique mondiale.

Même si la DGESS indique que sur le terrain, la mise en œuvre de cet engagement est plus ou moins satisfaisante, il demeure difficile de la prouver par des statistiques fiables.

Au post primaire la dotation minimum en cartable est effective, mais la qualité laisse à désirer. En effet certaines dotations en cartables ne sont pas de bonnes qualités et dès les premiers usages se détériorent.

Au post primaire il y a aussi la réduction progressive des frais de scolarités, mais la gratuité n’est pas effective. En effet de nombreux frais existent encore à la charge des parents. Certains acteurs nous ont fait savoir qu’à ce jour, les frais de scolarités sont plafonnés à 2 500 F CFA contre environ 20 000 CFA avant la mise en œuvre de l’engagement. Mais la réalité est toute autre car des frais des Associations des Parents d'Elèves (APE) existent et varient entre 3 000 et 5 000 F CFA auxquels sont greffés des frais annexes (assurances, bibliothèques, cartes scolaires etc.). Toutefois, ces acteurs ont confirmé qu’il est formellement interdit de renvoyer un élève pour défaut de paiement de frais APE.

La mise en œuvre de cet engagement n’a  été ni efficace ni efficiente.

Engagement en cours de réalisation
Date de l'évaluation : 12-2020