1 Vues

Selon la DAMSSE, 1 114/ 1 750 établissements ont été dotés en vivres (riz, haricot, pâtes alimentaires, sardine, huile, tomate) pour une durée de 3 mois soit un taux de 63,65%. La mise en place des cantines est salutaire pour bon nombre d’enfants qui pour plusieurs raisons ne parviennent pas à assurer leur ration alimentaire. Ces cantines sont souvent même l’élément moteur dans l’assiduité de certains élèves. Au plan national les principales difficultés résident dans la collecte des vivres et leurs conservations particulièrement le haricot. Selon la DREPS de Kaya les cantines ont bien fonctionnée à la rentrée 2019/2020. Selon une programmation tous les établissements passent enlever leur dotation et cela se passe bien. Le cout du repas varie entre 75 F CFA et 100 F CFA selon les localités. Toutefois la capacité de stockage est faible au vu du besoin qui ne cesse de croitre. Il faudra construire de nouveaux magasins  pour augmenter la capacité de stockage.

Dans la mesure où cela est possible, il faudrait une contribution des parents d’élèves en céréales pour faciliter la mise place des cantines. Une alternative serait également que les APE puissent disposer d’un champ ou de jardin qui pourrait servir non seulement pour la formation des élèves/apprenants en agriculture mais aussi contribuer à la mobilisation des ressources. Comme dans certaines localités déjà visitées, les populations disposent d’un champ où elles travaillent par quartier ou villages et dont les recettes servent à construire même des écoles.
 

Engagement en cours de réalisation
Date de l'évaluation : 12-2020