1 Vues

Cet engagement du Président a été atteint sur le plan théorique au niveau nationale depuis 2015. Cela résulte des actions antérieures des précédents gouvernements et parachevé par l’engagement.
Cependant, des disparités existent selon les zones géographiques (région, province,…) En effet, au centre nord avec l’afflux massif des personnes déplacées internes, il existe des salles de classes à effectifs très élevées (80 et plus).
Par endroit les salles ne suffisent pas pour accueillir tous les apprenants. C’est le cas notamment des écoles du secteur 4 et 6 de la ville de Kaya qui sont à décongestionner. Il faut donc urgemment construire des salles classes pour absorber le flux des élèves.
Au plan national, on note également l’abandon de salles de classes par certains enseignants par peur ou du fait de traumatisme lié à l’insécurité. Quelques courageux et plus engagés restent et se retrouvent dans ce cas avec des effectifs au-delà des normes fixées.
Avec la fermeture de certains établissements scolaires du fait de l'insécurité, il y a eu un ralentissement dans le rythme de recrutement des enseignants du primaire. Cependant, du fait du déploiement des enseignants dont les écoles sont fermées, les enseignants ont été doublés dans certaines classes à effectif très élevé (supérieur à 75 élèves). (Données DRH et DSS 2020). 
En considération du contexte sécuritaire, il serait souhaitable de mettre en place un suivi post traumatisme à l’endroit de certains enseignants pour un déploiement dans les zones sécurisés.
 

Engagement réalisé
Date de l'évaluation : 12-2020
The website encountered an unexpected error. Please try again later.