1 Vues

Le gouvernement du Burkina Faso a réalisé le forum national du secteur de la sécurité du 24 au 26 octobre 2017.

Le forum a formulé plusieurs recommandations.

Selon les informations recueillies auprès du Ministère de la sécurité :

  • l’adoption d’une politique nationale défense – sécurité est toujours en cours d’élaboration ;
  • la formation des initiatives locales de sécurité a été mise en œuvre  travers les actions de la direction générale de la police de proximité sur le contenu du décret 2016/1052
  • le projet d’appui au renforcement de la sécurité intérieur du Burkina Faso (PARSIB) est en cours de mise en œuvre
  • Le projet IRAPOL (Identification, Rapprochement, Analyse de Police) en vue d’implémenter un système d’information mutualisé au profit de l’ensemble des acteurs de la lutte contre l’insécurité. Il vise à construire un tableau de bord dynamique qui permet aux acteurs de disposer et d'accéder de manière sécurisée, à des informations fiables dans les meilleurs délais, en vue de prendre les décisions appropriées.

En application des recommandations du forum national sur la sécurité, le gouvernement burkinabè a mis en place une commission chargée de l’élaboration d’une politique et stratégie nationale en matière de sécurité en juin 2019. Le 27 décembre, la commission a rendu les conclusions de ses travaux au Ministre de la sécurité. Le document devra être validé par le conseil supérieur de la défense en vue d’un futur projet de loi qui sera soumis à l’assemblée nationale pour adoption. De l’avis de certains membres de la commission, la nouvelle stratégie élimine la séparation entre sécurité et défense, et met l’accent sur l’individu dans la quête de la sécurité. Le citoyen sera désormais impliqué dans la mise en œuvre de la politique de la sécurité.

Si la réalisation de l’engagement (la tenue du forum national sur la sécurité intérieure) ne peut être contestée, son impact et l’efficacité de l’action appellent à une analyse nuancée. D’abord, l’on peut noter que nonobstant la tenue des fora et du forum national, le pouvoir exécutif ne dispose pas encore d’une politique de sécurité intérieure, celle-ci n’étant pas encore adoptée. Ensuite, ce forum national n’a pas fondamentalement changé les rapports entre FDS et populations qui restent marqués par un sentiment de méfiance. Enfin, l’efficacité d’un tel engagement exige que les parties aient une connaissance suffisante de la politique de sécurité intérieure. Or, celle-ci n’existe pas officiellement encore. Il faudrait aussi craindre que cette politique ne soit élitiste, c’est-à-dire réservée à une catégorie de hauts fonctionnaires.

Engagement réalisé
Date de l'évaluation : 12-2020